Le Vent de l’océan

Dans la pre­mière sec­tion de son re­cueil, Jean de La Ville de Mir­mont, écri­vain né à Bor­deaux, re­groupe des po­è­mes évo­quant la mer et le loin­tain. En voici le sep­tième :


Le vent de l’océan siffle à travers les portes
Et secoue au jardin les arbres effeuillés.
La voix qui vient des mers lointaines est plus forte
Que le bruit de mon cœur qui s’attarde à veiller.

Ô souffle large dont s’emplissent les voilures,
Souffle humide d’embrun et brûlant de salure1,
Ô souffle qui grandis et recourbes les flots
Et chasses la fumée, au loin, des paquebots !
Tu disperses aussi mes secrètes pensées,
Et détournes mon cœur de ses douleurs passées.
L’imaginaire mal que je croyais en moi
N’ose plus s’avouer auprès de ce vent froid
Qui creuse dans la mer et tourmente les bois.

Jean de La Ville de Mirmont,
L’Horizon chimérique, 1920


1. Ca­rac­tère, état de ce qui est salé.

Prosopopée d’un chien

La pro­so­po­pée est une fi­gure de style par la­quelle l’ora­teur ou l’écri­vain fait par­ler un être ina­nimé, un ani­mal, une per­sonne ab­sente ou morte.


Quand la mort m’aura fait descendre
Où l’on ne voit jour ni flambeau,
Doit-on pas honorer ma cendre
D’une épitaphe et d’un tombeau ?

Au temps que la nuit fait sa course,
J’aboie à ces maudits filous,
Qui voudraient bien remplir leur bourse
Des pistoles1 qui sont chez nous.

Quand un amoureux en approche,
Je suis plus muet qu’une roche,
Et laisse entrer le compagnon.

Notre chatte même confesse
Qu’il faut que je sois le mignon2
De mon maître et de ma maîtresse.

François Maynard,
Les Œuvres de Maynard, 1646


1. La pis­tole est une mon­naie d’or bat­tue aux XVIe et XVIIe siè­cles en Es­pa­gne et en Ita­lie, de ti­tre et de poids ana­lo­gues à ceux du louis.
2. Fa­vori.

Sonnet 40

Le re­cueil de Char­les Co­tin se com­pose, pour sa pre­mière par­tie, de cinquante-cinq son­nets et de vingt-trois po­è­mes de forme li­bre qui sont au­tant d’énig­mes à ré­sou­dre.
Qu’évo­que le son­net ci-dessous ? Pour le dé­cou­vrir, sui­vez ce lien.


On voit en l’air une maison
Qui peut passer pour labyrinthe,
Où ceux qui cheminent sans crainte
Sont arrêtés en trahison.

C’est une fatale prison,
Un lieu de gêne et de contrainte,
Où leur pauvre vie est éteinte
Par un monstre plein de poison.

Sa malice est ingénieuse,
Et de Vulcain1 la main fameuse
Dresse des pièges moins subtils.

Son art de bâtir est extrême,
Et sa matière et ses outils
Se rencontrent tous en lui-même.

Charles Cotin,
Recueil des énigmes de ce temps, 1646


1. Dieu du feu et des for­ge­rons.

J’ai rêvé d’une jungle

Al­bert Sa­main, dont on re­tient sur­tout la veine élé­gia­que, est un po­ète sur­pre­nant…


J’ai rêvé d’une jungle ardente aux fleurs profondes,
Moite dans des touffeurs de musc et de toisons,
D’une jungle du Sud, ivre de floraisons,
Où fermentait l’or des pourritures fécondes.

J’étais tigre parmi les tigresses lubriques,
Dont l’échine ondulait de lentes pâmoisons.
J’étais tigre… et dans l’herbe, où suaient les poisons,
L’amour faisait vibrer nos croupes électriques.

Le feu des nuits sans lune exaspérait nos moelles.
Dans l’ombre, autour de nous, fourmillantes étoiles,
Des yeux phosphorescents s’allumaient à nous voir.

Un orage lointain prolongeait ses décharges.
Et des gouttes d’eau chaude, ainsi que des pleurs larges,
Voluptueusement tombaient du grand ciel noir.

Albert Samain,
Au jardin de l’Infante, 1897

Le Papillon

Il y a tou­jours chez La­mar­tine, même au cœur du dé­sir le plus vo­lage, un élan vers l’in­fini.


Naître avec le printemps, mourir avec les roses ;
Sur l’aile du zéphyr nager dans un ciel pur ;
Balancé sur le sein des fleurs à peine écloses,
S’enivrer de parfums, de lumière et d’azur ;
Secouant, jeune encor, la poudre de ses ailes,
S’envoler comme un souffle aux voûtes éternelles,
Voilà du papillon le destin enchanté :
Il ressemble au désir, qui jamais ne se pose,
Et sans se satisfaire, effleurant toute chose,
Retourne enfin au ciel chercher la volupté.

Alphonse de Lamartine,
Nouvelles Méditations poétiques, 1823

La neige est triste

Dans la pré­face de son re­cueil, Jean Ri­che­pin an­nonce au lec­teur qui s’ap­prête à le feuil­le­ter : « Tu ren­con­tre­ras des can­ti­lè­nes1 de men­diants, des bal­la­des de ba­la­deurs2, des pay­sa­ges, des coins de cam­pa­gne, des bouts de rue, des pe­tiots qui te de­man­de­ront l’au­mône, des vieux, des mar­mi­teux3, de fran­ches ca­nail­les qui ont la main leste et la pa­role en­core plus, mais aussi le cœur sur la main ».


La neige est triste. Sous la cruelle avalanche,
Les gueux, les va-nu-pieds, s’en vont tout grelottants.
Oh ! le sinistre temps, oh ! l’implacable temps
Pour qui n’a point de feu, ni de pain sur la planche !

Les carreaux sont cassés, la porte se déclanche,
La neige par des trous entre avec les autans4
Des enfants, mal langés dans de pauvres tartans5,
Voient au bout d’un sein bleu geler la goutte blanche.

Et par ce temps de mort, le père est au travail,
Dehors. Le givre perle aux poils de son poitrail.
Ses poumons boivent l’air glacé qui les poignarde.

Il sent son corps raidir, il râle, il tombe, las,
Cependant que le ciel ironique lui carde,
Comme pour l’inviter au somme, un matelas6.

Jean Richepin,
La Chanson des gueux, 1881


1. Po­è­mes de forme brève et d’ins­pi­ra­tion ly­ri­que.
2. Per­son­nes qui ai­ment à flâ­ner, à pa­res­ser.
3. Per­son­nes mal en point, mi­sé­ra­bles.
4. Vents forts et froids.
5. Châ­les ou plaids en laine.
6. Car­der un ma­te­las con­siste à tra­vail­ler la laine ou le crin qui le gar­nit de ma­nière à lui re­don­ner son épais­seur pri­mi­tive.

Je t’écoutais, je te suivais

« L’Om­­­bre » est une suite de po­è­mes où Fran­cis Car­co s’adresse à une fille des rues ; voi­ci l’avant-dernier d’en­tre eux :


Je t’écoutais, je te suivais sous les lumières.
Il n’y avait que nous de vivants en ces lieux,
Nous seuls mais je savais que des deux, la première,
Ce serait toi qui me dirais adieu.

Et j’avais beau ne pas vouloir,
Te retenir par ta petite main,
Le cri, le roulement et la fumée des trains,
Les rails et leurs feux en veilleuse,
Le pont noir tout retentissant
Du bruit des lourds wagons entre-choqués,
Par un présage obscur déjà nous séparaient.

Francis Carco,
« L’Ombre », La Bohème et mon cœur, 1912

Vers le Nord

Sou­vent élé­gia­que, la po­é­sie de Phi­lippe Cha­ba­neix ébau­che des uni­vers à la fois trou­bles et fa­mi­liers.


À Gisèle Ferrandier

C’est dans l’impasse des Trois Anges
Qu’un matin gris j’ai rencontré,
Après avoir longtemps erré,
Le plus meurtri de tous mes songes :

Une enfant triste aux yeux cernés
Qui s’appelait Marcelle ou Marthe
Et qui, m’ouvrant comme une morte
Le ciel des jours abandonnés,

M’a conduit jusqu’à cette chambre
D’où l’on voyait, sortis du port,
Les voiliers glisser vers le nord
Parmi la brume de novembre.

Philippe Chabaneix,
Musiques des jours et des nuits, 1945