Dans l’autobus

Il a posé sa main
Sur la mienne sans vie
Il a posé sa main
Et je vis refleurir
La beauté du matin

Son écho sous le givre
Aux nuances carmin
Cet écho sous le givre
Qui frappait le destin
Du grand sceau de son rire

Détournant les pupilles
J’embrassais le chemin
Détournant les pupilles
Et son cœur de gredin
Il reprit son empire

Il a posé sa main
Sur la mienne sans vie
Il a posé sa main
Et retiré depuis
L’espoir aux lendemains

T. C.

Un commentaire sur « Dans l’autobus »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s