Se procurer les Poèmes d’Orléans

Les Po­è­mes d’Or­léans sont pu­bliés chez Jé­rôme Do Bent­zin­ger, l’édi­teur des jeu­nes pous­ses al­sa­cien­nes. Ils sont dis­po­ni­bles sur com­mande dans tou­tes les bon­nes li­brai­ries.

Le mot de l’éditeur

Né en 1394 et mort en 1465, Char­les d’Or­lé­ans fut prince, po­ète et pri­son­nier de guerre. Après vingt-cinq ans de cap­ti­vité en An­gle­terre, où il com­pose es­sen­tiel­le­ment des bal­la­des, il s’ins­talle dans son châ­teau de Blois. Il anime alors une cour po­é­ti­que et s’adonne à l’écri­ture de ron­deaux.

Les Po­è­mes d’Or­léans pro­po­sent un flo­ri­lège de ces der­niers.

Les con­train­tes du ron­deau sont for­tes, si bien qu’un au­teur qui le pra­ti­que tombe fa­ci­le­ment dans le for­ma­lisme. Mais le gé­nie de Char­les d’Or­léans a su l’ou­vra­ger pour y ser­tir l’ins­tant. On y sent bat­tre un cœur et sour­dre une pro­fonde mé­lan­co­lie ; on y croise un sou­rire à la fois ten­dre et pi­quant face aux cho­ses du monde.

Sa po­é­sie, dont ce pa­ra­doxe fait la beauté, perd de son in­can­des­cence dans les tra­duc­tions scru­pu­leu­ses qu’en font les sa­vants. Aussi Tris­tan Co­lo­vray a-t-il pris le parti, quitte à lui être in­fi­dèle, de la ré­crire en amou­reux.